16 novembre 2000: fondation de la CASA

(Voix de faits - Extrait de la revue de la décennie) Le 16 novembre 2000, deux collectifs libertaires de Québec, Émile-Henry et Le Maquis (*), unissent leurs forces à la toute nouvelle Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) pour une assemblée publique en basse-ville. L'objet de la réunion? Parler du Sommet des Amériques et «revenir à la base». C'est que les libertaires sont extrêmement déçu du travail de coalition entre organisations officielles où les appareils contrôlent tout. Plus de 120 personnes sont venues et 75 se sont montrées intéressées à construire «un groupe de base (composé d'individus et non d'organisations), democratique (avec une assemblée générale souveraine), anticapitaliste (et pas simplement reformiste) et respectant la diversité des tactiques (donc ne dénoncant pas les camarades qui choisissent d'autres moyens d'actions que nous)» (selon le texte de l'appel). Ce groupe, ce sera le Comité d'accueil du Sommet des Amériques (la fameuse CASA).

(*) Le Maquis fut un collectif libertaire éphémère, apparu courant 2000 à Québec, qui a notamment publié au moins deux numéro d'un fanzine du même nom.

* * *

 

Un nouveau groupe anticapitaliste voit le jour à Québec contre le Sommet des Amériques

Par Nicolas Phébus (Archives A-Infos - 5 décembre 2000)

C'est suite à une proposition conjointe du Collectif libertaire Le Maquis et du Groupe anarchiste Émile-Henry, lancée lors d'une assemblée publique organisée conjointement avec la Convergence des luttes anticapitaliste (CLAC, de Montréal) qu'un nouveau groupe de base a vu le jour à Québec pour organiser la résistance au Sommet des Amériques et à la Zone de libre-échange des Amériques.

À l'heure actuelle, les perspectives de développement du Comité d'accueil du Sommet des Amériques (la CASA, c'est le nom du nouveau groupe) sont très bonne. D'une part, plus de 120 personnes se sont données la peine de se déplacer le 16 novembre pour l'assemblée publique pré-cité et au moins 75 d'entre elles sont resté pour discuter de la proposition des libertaires. Depuis, il y a eu deux autres assemblées générales, lors desquelles furent adoptés les Buts et principes. Il y a eu à chacune de ces assemblées générales plus de 50 personnes, et pas les mêmes!, ce qui augure bien pour l'avenir. Déjà, plusieurs sous-comités (communication interne, action, agit-prop, liaison externe et logistique, artistique et ainsi de suite) sont en fonctionnement. Bref, on risque d'avoir beaucoup de plaisir en avril 2001 !

La CASA, une histoire à suivre ?

Nicolas Phébus, Québec
Source: http://www.ainfos.ca/00/dec/ainfos00083.html

Commentaires

Ajoutez votre commentaire ou une information

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.
CAPTCHA
Vérification de sécurité : ce test est nécessaire pour démontrer que vous n'êtes pas un système automatisé.
_ocial: